Facteurs métacognitifs dans la gestion des environnements dynamiques

Séminaires

Date / Heure

mardi 21 mars 2017
10:00 -12:00

Lieu

Maison de la recherche - Salle 2.44

Ajouter à l'agenda iCal / 0


Ladislav Moták

La première partie de ma présentation portera sur la recherche des facteurs métacognitifs en jeu lors de la gestion des environnements dynamiques, et plus précisément sur les capacités d’autorégulation chez les conducteurs (d’automobile) vieillissants. Il devient évident que le nombre de conducteurs âgés ne cessera de croître dans les années à venir et, pour certains, cette augmentation pourrait entraîner une augmentation des taux d’accidents mortels sur la route. En contrepartie, à l’exception de certaines sous-populations particulièrement à risque (telles les personnes atteintes de troubles neuro-dégénératifs), les conducteurs âgés ont dans leur majorité des taux d’accidents inférieurs aux conducteurs jeunes. A partir de ce constat, plusieurs auteurs déduisent que les conducteurs âgés doivent disposer des capacités à s’adapter à leurs déclins cognitifs de manière autonome (i.e. doivent disposer des capacités d’autorégulation), et encore d’autres observent qu’il existe des liens positifs entre, d’une part, les taux d’évitement des situations de conduite dites difficiles, et d’autre part, les déclins cognitifs liés au vieillissement. Dans cette optique, il sera question de savoir si les théories métacognitives proposent des paradigmes propices à l’étude de l’autorégulation chez les conducteurs âgés et, le cas échéant, d’aborder les indices métacognitifs (i.e. des expériences ou des connaissances métacognitives) qui peuvent être à l’origine des comportements d’autorégulation chez la population étudiée. Cette première partie sera par ailleurs complétée par un bref aperçu des recherches qui portent (i) sur les indices métacognitifs utilisés par les conducteurs jeunes (ce qui sera illustré par une recherche sur les effets des benzodiazépines sur les capacités de conduite mais aussi sur les capacités d’auto-évaluation des conducteurs jeunes) et (ii) sur l’effet de la menace du stéréotype sur les processus métacognitifs – cette approche, davantage fondamentale, sera illustrée par une étude sur la métacognition de l’agentivité sous la menace du stéréotype chez les personnes âgées. Enfin, dans une seconde partie, je présenterai quelques travaux sur l’acceptabilité des véhicules autonomes, travaux qui ont visé tant à répertorier les facteurs qui complètent les modèles d’acceptabilité existant actuellement qu’à comprendre quelle peut être l’influence des facteurs sociaux – et, notamment, celle de l’identité sociale – tant sur l’acceptabilité des véhicules autonomes que sur les facteurs d’acceptabilité étudiés.