Soutenance de Thèse – Anaïs Godde

Soutenances

Date / Heure

mercredi 06 décembre 2017
14:30 -17:30

Lieu

Bâtiment T1 Pôle Multimédia / Salle de Colloque 1

Ajouter à l'agenda iCal / 0


L’écriture manuscrite dans le Trouble du Spectre de l’Autisme : une étude couplant oculométrie, tablette graphique et ralentissement des stimuli

Membres du jury

Sandrine LE SOURN-BISSAOUI – Maître de conférences HDR, Université de Rennes 2 – Rapporteur

Carole TARDIF -Professeur, Aix-Marseille Université – Directrice

Raphaele TSAO -Maître de conférences, Aix-Marseille Université – Co-directrice

Luc VANDROMME -Professeur, Université de Picardie Jules Verne – Rapporteur

Résumé

L’écriture manuscrite entraîne de nombreuses difficultés chez les personnes avec un trouble du spectre de l’autisme (TSA). Cependant, peu investiguée avec moins d’une vingtaine de travaux recensés, elle laisse ouvert tout un champ de recherche sur la trace écrite dans le TSA. Ainsi, notre premier objectif est d’étudier les caractéristiques de l’écriture chez des enfants et adultes avec TSA comparés à des sujets de même âge réel et de même âge de développement, et de voir son évolution avec l’âge. Pour cela, une première étude menée auprès d’enfants et d’adultes avec TSA et typiques évalue la qualité et la vitesse de production à partir d’une tâche de copie de texte et identifie les facteurs impliqués à partir d’épreuves perceptivo-motrices. Les résultats révèlent une moins bonne qualité ainsi qu’une lenteur d’exécution chez les enfants avec TSA par rapport aux enfants typiques. Chez les adultes avec TSA, un profil d’écriture particulier est relevé, avec une qualité des tracés inférieure à celle des sujets de même âge réel et de même âge de développement et une vitesse de production inférieure à celle des sujets de même âge réel mais comparable à celle des sujets de même âge de développement. En outre, l’étude des trajectoires développementales montre une évolution similaire de l’écriture entre les personnes typiques et avec TSA, malgré les difficultés relevées. Notre second objectif est de tester l’effet d’une présentation ralentie de lettres, de pseudo-lettres et de mots sur le traitement de l’information visuelle et la dynamique des tracés des enfants et des adultes avec TSA. Pour cela, nous avons couplé différentes techniques : l’oculométrie, renseignant sur les comportements d’exploration visuelle ; la tablette graphique, recueillant des données spatio-temporelles et cinématiques du tracé produit ; le logiciel de ralentissement Logiral™, présentant les stimuli dans différentes vitesses (temps-réel, ralentie et très ralentie). Avec la présentation ralentie, on observe chez les enfants, une diminution des comportements d’exploration visuelle associée à la production d’une écriture moins fluide et plus lente, et chez les adultes, une augmentation de l’exploration visuelle associée à une diminution de la taille de l’écriture produite bien qu’elle soit moins fluide et plus lente. De plus, l’exploration visuelle et les productions graphiques sont relativement semblables entre les personnes avec TSA et typiques, soulignant des similitudes entre les deux populations. Cette recherche contribue à une meilleure compréhension des particularités de l’écriture dans le TSA, de son évolution avec l’âge ainsi que de l’impact du ralenti de lettres et de mots sur l’exploration visuelle et la production des tracés.

Mots clés : trouble du spectre de l’autisme, écriture manuscrite, geste graphomoteur, oculométrie, tablette graphique, présentation ralentie de lettres et mots.