L’interférence dans l’apprentissage: le développement arithmétique typique et atypique

Séminaires


Date / Heure

mardi 10 décembre 2019
14:30 -16:00

Lieu

Maison de la recherche - Salle 2.44

Ajouter à l'agenda iCal / Google Agenda



Séminaire d’Alice De Visscher

Dans un premier temps je vous présenterai mes recherches passées. Durant mes projets de recherche je me suis intéressée au développement typique et atypique des habiletés numériques et mathématiques et à la question de l’apprentissage. Cette question de l’apprentissage je l’ai abordée au travers de théories sur la mémoire, et j’ai formulé des hypothèses en terme de sensibilité à l’interférence en mémoire durant les phases de mémorisation (avant même les phases de récupération en mémoire à long terme).

J’ai formulé cette nouvelle hypothèse, grâce à l’étude approfondie d’un cas de patient adulte présentant une dyscalculie (Cortex, 2013). Cette étude poussée de deux ans, a permis de mettre en évidence un nouveau profil de dyscalculie, associant un trouble spécifique de mémorisation des faits arithmétiques (simples calculs appris par cœur comme 2 x 3 = 6) avec une hypersensibilité à l’interférence en mémoire. Afin de comprendre si ce profil était singulier ou s’il concernait un certain nombre de personnes présentant une dyscalculie, j’ai sélectionné des enfants de CM1 faibles et forts en faits arithmétiques et leur ai demandé de mémoriser des associations (personnage de dessin animé – lieu) avec ou sans interférence. Les résultats montraient des performances équivalentes pour les associations non-interférentes, alors que les associations interférentes étaient significativement mieux réussies par les enfants forts en faits arithmétiques (Developmental Science, 2014). Afin de comprendre ce profil de dyscalculie à travers le développement et de caractériser l’impact de l’interférence en phase de mémorisation j’ai réalisé des études transversales avec des adultes et des enfants, des études longitudinales, des études d’intervention, j’ai créé une mesure d’interférence proactive des tables de multiplications, j’ai étudié ces effets d’interférence au niveau comportemental et j’ai distingué ces effets d’autres effets connus grâce à l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (Journal of Experimental Psychology : General, Cognition, NeuroImage, Journal of Experimental Child Psychology, Journal of Learning Disabilities).

Je terminerai le séminaire par les projets que je poursuis actuellement, qui ont pour but de mieux comprendre la dynamique qui s’installe entre émotion, estime de soi, croyances et apprentissage, à travers le développement.