Soutenance de Thèse – Camille Rioux

Soutenances

Date / Heure

vendredi 17 novembre 2017
14:30 -18:30

Lieu

Salle Ritz - Institut Paul Bocuse

Ajouter à l'agenda iCal / 0


Feeding the mind: the development of food categories and its association with food neophobia and pickiness in young children

Lieu: Salle Ritz, Institut Paul Bocuse, Chateau de Calabert, Ecully 69130

Composition du Jury

Rapportrices: Raffaella Rumiati et Simone Nguyen
Examinateurs : Jean-Pierre Thibaut et Nicolas Darcel
Directrice: Delphine Picard
Co-directeur: Jérémie Lafraire

RESUME

La néophobie et la sélectivité alimentaire des jeunes enfants ont des conséquences préoccupantes sur la santé notamment parce qu’elles concernent principalement les fruits et les légumes. Il est donc essentiel de promouvoir l’adoption de comportements alimentaires sains chez le jeune enfant.

Dans ce contexte, le premier objectif de la thèse était de développer et de valider un questionnaire pour mesurer efficacement la néophobie et la sélectivité alimentaire chez les enfants français dès l’âge de 2 ans. Le questionnaire de rejets alimentaires pour enfant développé dans cette thèse est un outil efficace pour étudier les rejets chez cette population.

Le deuxième objectif était de mieux définir le concept de sélectivité alimentaire et d’étudier la relation entre néophobie et sélectivité alimentaire. Les résultats ont montré que la néophobie et la sélectivité alimentaire capturent un même type de peur pour les aliments nouveaux et potentiellement toxiques.

Le troisième objectif était d’étudier directement la relation entre le développement de la catégorisation des aliments chez les jeunes enfants et leur niveau de néophobie et sélectivité alimentaire. Les résultats ont montré des liens négatifs entre le développement cognitif et les rejets alimentaires. L’acceptation des aliments dépend probablement de la maturité du système de catégorisation alimentaire.

Enfin, le quatrième objectif était de concevoir une intervention, en exploitant les données empiriques sur la relation entre développement cognitif et rejets alimentaires, afin d’influencer positivement ces derniers chez les enfants. Les résultats sont prometteurs et montrent que l’exposition visuelle est efficace pour diminuer les comportements de rejets alimentaires.

La thèse offre une contribution à la compréhension des mécanismes sous-tendant la néophobie et la sélectivité alimentaire et est l’une des premières recherches à étudier directement le lien entre ces rejets et le développement cognitif. Cette contribution sera utile pour concevoir des interventions visant à améliorer les habitudes alimentaires des enfants.

SUMMARY

Food neophobia and pickiness in young children are two strong psychological barriers to fruit and vegetable consumption. It is therefore essential to understand the mechanisms underpinning these two kinds of food rejections to promote the adoption of healthy eating behaviors among preschoolers.

In this context, the first objective of the thesis was to develop and validate a hetero-assessment scale to measure efficiently food neophobia and pickiness for French children as young as 2 years of age. The Child Food Rejection scale developed represents an efficient tool for studying food rejection dispositions in this young population.

The second objective was to clarify the concept of pickiness and to provide an insight into the relationship between food neophobia and pickiness. The results revealed that food neophobia and pickiness capture a same kind of fear for new and potentially toxic food.

The third objective was to directly investigate the relationship between food categorization development in young children and their food neophobia and pickiness. This investigation revealed negative connections between cognitive development and food rejection dispositions. Food acceptance probably depends on the maturity of the food categorization system.

Finally, the fourth objective was to design an intervention, exploiting the empirical evidence on the relationship between food categorization and food rejections, to positively influence children food rejections. The results add to the promising body of evidence that visual exposure is effective to decrease food rejection behaviors.

The thesis offers a contribution to the understanding of the development of food rejection during toddler and preschool ages and is one of the first studies to investigate directly the connection between food rejection dispositions and cognitive development. This contribution will be valuable to design interventions aiming at improving children eating habits.