Frédérique Vernay

Docteur en psychologie

Jeune Docteur

Qualifiée en 70° section (2015)

Thématiques

Thématique de recherche post-doctorale

Actuellement, mes travaux de recherche visent deux objectifs. Le premier est de mesurer l’impact de l’auto-présentation segmentée de mots écrits sur la production orale en fonction du niveau de développement des participants dans le domaine langagier. En effet, les résultats de mon travail de thèse ont montré l’intérêt que peut avoir l’auto-présentation segmentée de mots écrits via un support numérique pour la production orale d’enfants non-verbaux avec autisme (Vernay & Roussey, 2012 ; Vernay, Marrone, & Roussey, 2014). Ceux-ci sont capables, grâce à un travail articulant écrit et oral, d’utiliser l’écrit pour développer des compétences dans le domaine de la production orale et leurs performances dépendent de leur niveau de développement langagier (Vernay, Marrone, & Roussey, 2014 ; Vernay, Harma, Marrone, & Roussey, soumis). Les enfants non-écholaliques commencent à produire oralement des syllabes isolées, alors que les écholaliques réussissent à enchaîner une séquence non aléatoire de syllabes.

Le deuxième objectif de mes recherches s’inscrit dans la perspective du développement d’outils numériques pour faciliter l’émergence d’une production orale chez de jeunes enfants non-verbaux avec autisme. Il s’agit d’articuler les résultats de la recherche et la réflexion sur la construction de supports pédagogiques adaptés pour le développement du langage oral des jeunes enfants avec autisme en contexte inclusif, et ce, dès le début de leur scolarisation. Cette réflexion s’inscrit dans la continuité des  recherches précédentes et s’appuie sur une évolution du logiciel d’auto-présentation segmentée des mots écrits. Plus précisément, il s’agit d’introduire des tâches qui permettront, avant la présentation des mots en auto-présentation segmentée, d’amener les participants à travailler à l’identification visuelle et sonore ainsi qu’à la production des syllabes constitutives des mots qu’ils seront amenés à produire ultérieurement. Ces tâches supplémentaires élargiront l’éventail des tâches de productions orales qui seront ainsi mieux adaptées au niveau de développement langagier de chaque participant (Martel, 2009 ; Boysson-Bardiès, 2010).

Thèse 

Reconnaissance de mots écrits assistée par ordinateur pour favoriser la production orale d’enfants non-verbaux avec autisme

Mots-clés : autisme – mutisme- fonctionnement cognitif- langage écrit- langage oral- médiation assistée par ordinateur

Les hypothèses étiologiques sur les difficultés langagières des autistes sont d’origine diverses. Si nous nous limitons aux approches psychopathologiques et psycho-cognitives, nous pouvons citer le trouble de la représentation des pensées d’autrui (Baron-Cohen, 1985-1995), le trouble du développement de soi (Hobson, 1986), un traitement de l’information particulier (théorie de la cohérence centrale, Shah et Frith, 1993), ou encore des troubles des fonctions exécutives (Plumet, 1998). Cette recherche s’appuie donc sur les connaissances du fonctionnement cognitif des autistes et de leurs difficultés à établir une communication avec autrui.

La problématique de recherche consiste à analyser dans quelle mesure l’apprentissage du langage écrit assisté par ordinateur peut favoriser l’émergence du langage oral chez des  enfants autistes mutiques. Cette recherche avance une première réflexion sur les caractéristiques de présentation du matériel écrit adaptées aux capacités de traitement des enfants autistes mutiques, dans l’objectif d’utiliser cet écrit comme support favorisant l’émergence du langage oral chez ces autistes.

En effet, l’objectif général de cette recherche est de faciliter l’identification des mots entendus à partir de mots écrits présentés par la médiation de l’ordinateur, identification orale qui sera l’étape préliminaire avant la production orale.

Le travail de recherche consistera plus précisément à repérer le mode de présentation optimal des mots écrits, associés aux composantes sonores (temps de présentation, découpage des mots respectant les capacités de traitement visuel du participant, nombre de présentation…) qui va permettre aux autistes mutiques d’identifier précisément les composantes sonores des mots pour ensuite les produire oralement.

Soutenue le 16 avril 2013

Publications

ACL

  • Marrone, T., Vernay, F., Harma, K, & Roussey, J.-Y. (in press). Contexte conversationnel et co-résolution d’une tâche de raisonnement logique chez des élèves de SEGPA. Approche Neuropsychologique des Apprentissages chez l’Enfant, 139, 01-12.
  • Harma, K., Gombert, A., Marrone, T., & Vernay, F. (in press). Evolution de la représentation sociale du handicap des collégiens scolarisés dans un cadre inclusive selon des facteurs contextuels.  Bulletin de Psychologie.
  • Marrone, T., Vernay, F., Roussey, J.-Y., & Roux, J.-P. (2014). Contraintes de communication et collaboration dans des dyades d’élèves de SEGPA. La nouvelle revue de l’adaptation et de la scolarisation, 2014-66, 223-242.
  • Vernay, F., Marrone, T., & Roussey, J.-Y. (2014). Favoriser la production orale d’enfants non-verbaux avec autisme. Approche neuropsychologique des apprentissages chez l’enfant, 129, 169-177.
  • Vernay, F., & Roussey, J.-Y. (2012). Présentation d’un support informatique de reconnaissance de mots écrits pour des enfants non verbaux avec autisme. Enfance, 4, 411-422.

Communications

  • Vernay,F., & Roussey, J.-Y. (2012, june). Computer- aided recognition words by non verval autistic children. Poster at the 9th European Conference on psychological theory and research on Intellectual and Developmental Disabilities, Trieste, Italie.
  • Vernay,F., & Roussey, J.-Y. (2010, june). Computer- aided recognition words by autistic mute children. Poster at the 8th European Conference on psychological theory and research on Intellectual and Developmental Disabilities, Genève, Suisse.
  • Vernay, F., & Gombert, A. (2003, Septembre). Troubles spécifiques du langage écrit ou encore dyslexies/dysorthographies : quels outils et quelles adaptations pour des enseignants de primaire, de collège et de lycée ? Conférence invitée au colloque Les dyslexies aujourd’hui : Santé–Ecole – Prise en charge, IA/APEDYS, Gap, France.
  • Vernay, F., & Gombert, J.-E. (2004, Janvier). Les dyslexies et les façons de les prendre en charge dans un contexte scolaire. Conférence invitée au colloque Les handicaps du langage, IA de la Mayenne/APEDYS France, Laval, France.

Enseignements

 

 

Enseignements en psychologie 2013-2016

Année 2013-2014 : 104 heures

–          Travaux Dirigés de M2 (master Psychologie et Neurospychologie des Perturbations Cognitives, PNPC) sur scolarisation des élèves à besoins éducatifs particuliers, partenariat, sémiologie de l’autisme, développement de la communication et du langage chez une personne avec autisme

–          Cours Magistraux et Travaux Dirigés en M1 (UE 15 master MEEF, RPEAC5) sur théories des apprentissages, fonctionnement de la mémoire, développement social, affectif et cognitif de l’enfant et de l’adolescent, élèves à besoins éducatifs particuliers

–          Cours Magistraux et Travaux dirigés en M2 (UE 34 master MEEF, RSDCC2) sur processus langagiers, troubles du langage oral et écrit, élèves à besoins éducatifs particuliers

–          Cours Magistraux et Travaux Dirigés (CAPA-SH et 2CA-SH) sur sémiologie de l’autisme, développement de la communication et du langage chez une personne avec autisme, répercussions sur les apprentissages et adaptations pédagogiques, connaissances des maladies et des handicaps, répercussions sur les apprentissages (troubles psychotiques, troubles du comportement)

 Année 2014-2015 : 95 heures

Mêmes enseignements qu’en 2013-2014 exceptés les TD en master Psychologie et Neurospychologie des Perturbations Cognitives

Année 2015-2016 : 95 heures

Mêmes enseignements qu’en 2014-2015

Années antérieures

2002/2007 : DESS psychologie des perturbations cognitives, 30h

2007/2009 : M2, psychologie et neuropsychologie des perturbations cognitives, 12h

2008/2009 : M2 psychologie et neuropsychologie des perturbations cognitives, 6h

2009/2013 : M2 psychologie et neuropsychologie des perturbations cognitives, 6h